La gestion forestière : les aspects à prendre en compte

Récemment, la gestion forestière a subi une sorte de politisation qui tend à opposer les idéologies économiques et écologiques. Vers la fin de l’année 2021, le gouvernement a dirigé les « Assises de la forêt et du bois ». Cette rencontre était portée principalement sur la gestion forestière durable. Ainsi, les enjeux forestiers issus du débat s’articulent autour de trois aspects : la multifonctionnalité, la souveraineté et la démocratisation.

La multifonctionnalité

Au cœur de la politique forestière, la multifonctionnalité est, avant tout, un principe d’ordre constitutionnel. Elle souligne l’importance de la forêt dans la fourniture de certains biens et services de nature individuelle et collective. Les débats portant sur la foresterie intensive et les coupes rases expriment les difficultés liées à la mise en œuvre de ce principe et l’identification d’un compromis technique.

Ainsi, la multifonctionnalité induit une hiérarchisation nette des fonctions forestières ou une répartition spatiale de ces fonctions. Actuellement, la priorité est accordée à la première option aux dépens de la ségrégation spatiale. L’ignorance de cette situation entrainera une augmentation des diverses tensions. De ce fait, la répartition spatiale des fonctions doit être intégrée aux outils d’aménagement du territoire.

La souveraineté

La souveraineté désigne la forêt comme une donnée stratégique pour le gouvernement. Avant d’être négligée par les autorités publiques, cette idéologie fut prônée au sein de l’État entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Ce n’est qu’au fil des 15 dernières années que cette souveraineté fut réaffirmée. Une stratégie de soutien et d’incitation fut donc mise en place pour stimuler la mobilisation du bois.

Loin d’être sujet à des remises en cause, cette stratégie peu concluante est, sans cesse, renforcée sans un réel questionnement des données structurelles de son échec. D’autres options telles que « la Stratégie européenne pour la bioéconomie de 2018 » restent, cependant, envisageables.

La démocratisation

La légitimité de la politique forestière est cruellement basse. Elle est presque absente du débat public. Cette absence entretient l’ignorance des citoyens sur le sujet et accroît excessivement les inquiétudes découlant de la crise de l’environnement. Sur plusieurs années, la politique sectorielle liée aux besoins forestiers a été élaborée en comité restreint.

Ce n’est que sur les dernières années que la base consultative a été élargie. Cela demeure insuffisant, au regard de la perspective interprofessionnelle. Le degré d’ouverture du débat forestier étant limité, une meilleure ouverture des sphères de décision est nécessaire. 

Face à ces aspects, l’État se doit de rendosser son rôle politique. Une meilleure gestion des cheminements transitoires du secteur écologique dans les territoires est indispensable.

Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.