Agroforesterie : des arbres pour une agriculture plus écologique

L’écologie est au cœur de toutes les préoccupations, et plusieurs approches sont sans cesse imaginées pour atteindre les objectifs d’adaptation aux changements climatiques. Ainsi, diverses pratiques ont été mises en avant, dont l’agroforesterie. Pour adopter des systèmes agricoles et alimentaires en phase avec les exigences écologiques, l’agroforesterie s’affiche comme une véritable alternative.

L’agroforesterie : la solution pour une agriculture plus verte

On peut définir l’agroforesterie comme une méthode de gestion des ressources naturelles. Par ce système, plusieurs principes écologiques sont mis en œuvre, et l’exemple le plus palpable est l’utilisation des arbres. Le rôle joué par les arbres est très important pour cette nouvelle vision des exploitations agricoles. Son insertion dans les exploitations offre divers avantages.

Dans le cas présent, son usage permet de maintenir un bon rythme de production, tout en améliorant plusieurs conditions. Selon le Ministère de l’Agriculture, et de l’alimentation et L’ICRAF, l’intégration des arbres dans les exploitations agricoles a un impact positif sur les conditions sociales, environnementales et économiques. Si, aujourd’hui, l’insertion des arbres dans l’agriculture est vue comme la meilleure option, cela n’a pas toujours été le cas. 

Durant de nombreuses années, les systèmes agroforestiers reposaient sur l’utilisation de bocagers ou, dans certaines mesures, de vergers. Quelle que soit l’option adoptée par les agriculteurs, lesdits systèmes étaient associés généralement avec des arbres fruitiers. Aujourd’hui, l’association avec les arbres fruitiers ne se limite plus aux bocagers et vergers. Plusieurs associations ou configurations peuvent être mises sur pied. 

Arbres fruitiers, arbres forestiers, n’importe lesquelles de ces options peuvent être associées à des cultures, des prairies, etc. Au vu de tous ces éléments, il devient évident que les possibilités d’association sont nombreuses. En termes de chiffres, l’agroforesterie n’a fait que croître année après année.

Selon les informations fournies par l’INRAE sur le projet européen AGFORWARD, il est estimé que 15,4 Mha des sols européens reposent sur l’agroforesterie. Les systèmes d’agroforesterie continuent d’évoluer. Les arbres sont toujours au centre du projet, mais les éléments qui sont associés à leur usage varient de plus en plus. Renforcer l’interaction avec la végétation est un aspect très important de cette transition écologique.

Les mesures d’adaptation et d’atténuation des changements climatiques ne se feront pas du jour au lendemain. Cela nécessite beaucoup d’effort et énormément de ressources. L’agroforesterie s’affirme comme une solution durable face aux changements climatiques, mais pour que son effet soit effectif, cela prendra un certain temps. 

Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.