Le changement climatique : les animaux rétrécissent-ils à cause du réchauffement planétaire ?

Depuis quelques décennies, ce phénomène est apparu chez plusieurs centaines d’espèces. Des insectes aux poissons, passant par les amphibiens, reptiles et mammifères, ces animaux n’ont pas été épargnés. La liste des animaux touchés ne cesse de s’agrandir. Les spécialistes redoutent que ce changement affecte profondément le fonctionnement des écosystèmes et touche éventuellement les humains.

Les facteurs de ce rétrécissement observé chez les animaux

La taille corporelle constitue un élément clé de la productivité d’un animal. Elle joue également un rôle important dans son espérance de vie et son habileté à surmonter des situations de pénurie alimentaire ou de sécheresse. Pour s’adapter aux changements de son environnement, un animal peut augmenter ou diminuer sa taille. 

Toutefois, les changements surviennent dorénavant à un rythme très rapide, d’après les scientifiques. Les résultats d’une enquête réalisée en 2020 chez une espèce montrent que le rapport poids/longueur a baissé de 20 % en huit ans. La vitesse à laquelle ces changements surviennent peut influer sur la faculté des animaux à se reproduire ou à se nourrir. Cela pourrait avoir des répercussions sur la chaîne alimentaire au sens large.

En 2012, des chercheurs britanniques apportèrent des indices plus larges du « rétrécissement » des animaux. Ainsi, des chercheurs l’Université Queen Mary de Londres et l’Université de Liverpool ont rendu publique une étude. Celle-ci est relative à des expériences menées sur 169 espèces d’animaux terrestres ou aquatiques. 

Il en ressort que 90 % d’entre elles atteignent la maturité avec une taille corporelle plus petite quand la température est plus élevée. Selon une autre étude portant sur 8 poissons de la mer du Nord, 6 d’entre eux ont vu leur taille diminuer sur une période de 39 ans, en raison de la montée des températures de l’eau observée.

On observe souvent les différences de taille entre les animaux de la même espèce en fonction de la température. Carl Bergmann, biologiste allemand, a découvert au XIXe siècle que certains animaux peuvent émettre de la chaleur dans leur corps. Ceux-ci sont plus gros dans les zones froides du globe que dans les zones chaudes. Cette caractéristique, sans être universelle, est désignée en zoologie par le terme « règle de Bergmann ».

Un principe comparable, dénommé « règle température-taille », a été appliqué aux espèces de race froide (amphibiens, poissons, et reptiles). Bien entendu, il existe d’autres facteurs à considérer. La taille corporelle des animaux paraît plus influencée par la flore et la composition de leur alimentation que par la température.

Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.