Des renseignements concernant l’écornage des bovins dans l’agriculture

Que ce soit pour l’animal ou l’éleveur, les atouts sont nombreux et il ne faut pas les négliger. Toutefois, les précautions sont de mise, car vous pourriez blesser l’animal si vous n’êtes pas vigilant. C’est pour cette raison que vous devez impérativement vous renseigner afin d’être certain de maîtriser parfaitement l’écornage des bovins. Ces derniers pourront alors être transportés dans les camions sans être blessés, mais il y a des conditions à respecter.

Il existe une période propice à l’écornage des bovins

Pour les veaux qui viennent de voir le jour, il est déconseillé de réaliser cet acte puisqu’il pourrait être stressé. Au cours des deux premières semaines de leur vie, ils ont tendance à découvrir l’environnement et cette expérience pourrait les marquer négativement. De ce fait, les professionnels conseillent d’attendre les deux ou quatre semaines suivantes puisque le cornillon n’est pas encore sorti. L’intervention sera alors rapide si vous maîtrisez bien sûr la méthode et vous pouvez confier cet écornage à des professionnels.

  • À cette période, vous avez un bourgeon, mais la corne n’est pas encore soudée à l’os du crâne, c’est pour cette raison qu’il est plus facile de l’enlever.
  • Pour l’animal, cela n’est pas autant traumatisant et pour l’éleveur, la méthode est rapide et simple.
  • Il suffit d’utiliser un anesthésiant pour que la pratique soit indolore et vous pourrez ainsi travailler dans les meilleures conditions.
Bovin

Il y a des recommandations qu’il faut également prendre en compte puisque cet écornage est réglementé. Il est par exemple interdit de les sectionner selon l’article 17 puisqu’il ne faut pas enlever ou modifier une partie de la structure osseuse des animaux. Certes, ce sont des recommandations qui sont listées dans ces chartes, mais il est toujours préférable d’agir pour le bien-être des animaux. De ce fait, nous vous conseillons de réaliser cet écornage au cours des six premières semaines de vie en enlevant les deux premières.

L’éleveur doit avoir les qualifications nécessaires pour cet acte

Contrairement aux idées reçues, vous ne pouvez pas intervenir comme vous le souhaitez. Les éleveurs doivent posséder une attestation qui témoigne d’une formation pour la réalisation de tous ces actes. Ces derniers sont listés dans l’arrêté du 5 octobre 2011. Vous devez aussi avoir un diplôme lié au secteur de l’agriculture et justifier d’une expérience dans le monde de l’élevage d’au moins une année. N’hésitez pas à vous renseigner un peu plus concernant cette pratique pour qu’elle soit réalisée dans les meilleures conditions.

Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.