La rigueur au niveau de l’agriculture française

L’agriculture française a souvent été mal jugée, à cause de certaines rumeurs qui entachent sa réputation. Ces rumeurs font état de ce que les acteurs du domaine mettent en œuvre de nombreuses pratiques dangereuses pour la santé humaine et pour la destruction de l’environnement. Même, la presse fait parfois écho de ces accusations qui n’honorent point l’agriculture française et les responsables en charge. Toutefois, on peut se démêler des rumeurs et de toute passion pour chercher à savoir si ces accusations sont justifiées ou si elles se font à tort. Comment se fait-il que l’agriculture française soit l’objet de ces critiques alors qu’elle est soumise à des contrôles très stricts

Comment est réglementée l’agriculture Française ?

Il est un fait que l’agriculture française est réglementée de façon méticuleuse. Que l’on en soit à porter des blâmes ne serait que mauvaises interprétations de la part de ceux qui le font. En effet, s’il y avait quelque chose à reprocher à cette agriculture, il est plus qu’évident que des services de contrôle qui ont un œil sur les activités l’auraient déjà fait avant que la mauvaise nouvelle ne s’ébruite.

Rappelez-vous qu’il y a 5 ans, cette agriculture a reçu, suite à un petit déraillement, un rapport venant du Sénat français. Ce rapport mentionnait clairement « retrouver le chemin du bon sens ». Un rappel à l’ordre qui fut respecté rapidement en ce moment. Cela témoigne de la réglementation rigoureuse et du caractère responsable des acteurs agricoles français.

agriculture-france

Par ailleurs, vous n’êtes pas sans savoir que la France est un pays d’élevage. En 2020, en dépit de la crise sanitaire du coronavirus, ce secteur s’est incroyablement illustré. En effet, il a fait plus du tiers de la production agricole française. Au nombre des produits primordiaux qu’utilisent les éleveurs, nous pouvons compter l’antibiotique. C’est ce qui permet aux éleveurs de lutter contre les infections microbiennes. Figurez-vous que ces antibiotiques sont strictement contrôlés et que les éleveurs n’en disposent que dans le cadre de leurs activités. Comme d’ailleurs pour tous les intrants, l’usage de l’antibiotique doit suivre les prescriptions des autorités sanitaires et des vétérinaires. Dans le secteur, il y a aussi que c’est l’agence européenne de médicament (EMA) qui fixe les règles du jeu. Aucune décision ne se prend à la va-vite sans de profondes réflexions par rapport à la santé humaine et aussi par rapport à la sauvegarde de l’environnement.

Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.