Savigny-le-Temple en marche pour devenir une ville nourricière grâce à son nouveau programme d’agriculture

Le conseil municipal de Savigny-le-Temple réaffirme son attachement à sa tradition agricole et vote pour l’initiation du programme 2020-2024 d’agriculture dans la nouvelle ville. Beaucoup de projets verront le jour dans ce programme très ambitieux.

De 25 % à 50 % d’aliments bio dans les cantines scolaires de Savigny-le-Temple

Pour revenir sur les propos de Marie-Line Pichery, la maire de Savigny-le-Temple, lors de la campagne électorale de son élection, il est question de « faire de Savigny une ville nourricière, c’est l’un des premiers engagements pris ».

C’est donc pour honorer cette promesse que le conseil municipal de la ville s’est réuni en session extraordinaire le 25 janvier dernier, pour voter le programme d’agriculture urbaine et péri-urbaine 2020-2024. Il est bien connu de tous que malgré son accession au statut de nouvelle ville, Savigny-le-Temple reste fidèle à sa vieille tradition d’être un pôle de maraîchage et de jardinage.

C’est l’essence même de cette ancienne commune rurale. Et depuis cette mutation en ville nouvelle, les initiatives de lien à la terre nourricière ont vu le jour dans ce nouveau milieu rural : des jardins partagés, des potagers scolaires et municipaux, des vergers conservatoires, etc. Ce nouveau programme vient donner suite et un meilleur cadre à ces initiatives, et mieux, poursuit de plus bels objectifs. Il s’agit notamment de :

  • Créer des liens plus étroits entre les habitants, tous âges confondus et les quartiers, en plaçant les Savigniens au cœur des actions de sauvegarde de leur environnement ;
  • Développer une alimentation plus saine dans les restaurants scolaires (passer de 25 % de produits bio et locaux à 50 %) ;
  • Pratiquer la culture et le maraîchage naturels qui font moins recours aux pesticides ;
  • Réduire les constructions urbaines pour protéger et sauvegarder le patrimoine et les espaces naturels de la ville ;
  • Organiser des ateliers d’apprentissage de la culture des légumes et des fruits locaux et de saison, auxquels participeront les habitants, notamment les écoliers.

Tous ces objectifs se déclinent en beaucoup de projets.

D’abord, la « Soli-serre » constituera un espace municipal d’une superficie de 1 500 m2 dédié à l’apprentissage. Il y sera organisé des ateliers pédagogiques. On y installera également des parcelles de jardinage où les habitants seront sensibilisés à la gestion écologique d’un potager, à travers l’élevage de poules, le compostage, l’économie d’eau, etc.

De plus, il sera installé un jardin public nourissier « François Mitterrand ». Ce sera un terrain ouvert de 1 300 m2 où il sera fait la culture hors-sol. Là également, les ateliers pédagogiques seront au rendez-vous.

Le projet de culture des champignons et des endives dans les sous-sols d’immeubles. Ce projet est en lien avec un bailleur social, et assurera la sécurité de ces lieux.

Et ce n’est pas tout… Il existe d’autres initiatives complémentaires à ceux énumérés ci-dessus pour, entre autres :

  • Développer la production du potager bio du Plessis sur 1,5 ha 
  • Asseoir le projet de développement du maraîchage et l’arboriculture bio sur un espace de 3,7 ha dans la commune, plus précisément au Coulevrain.
Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.