Pompe immergée : le guide pratique

Si vous cherchez un moyen simple et efficace d’approvisionner votre domicile, votre jardin ou votre potager en eau, vous devriez penser à faire installer une pompe immergée. C’est un dispositif qui sert à récupérer l’eau provenant de sources d’eau naturelle comme un puits ou un forage. Par contre, il ne s’agit pas là du seul critère qui conditionne son installation, sachant qu’il existe de nombreux modèles de pompes immergées. Quels sont-ils et à quel usage sont-ils destinés ? Éléments de réponses !

Pompe immergée : définition et composition

Des pompes de jardin, il en existe plusieurs. Ce qui distingue la pompe immergée de tous les autres modèles, c’est son usage et sa constitution. 

Définition 

Comme son nom l’indique, la pompe immergée est celle qui est spécialement conçue pour être plongée dans l’eau, c’est-à-dire qu’elle est submersible. En raison de cette fonction, l’appareil est généralement fabriqué en acier inoxydable non seulement pour avoir une parfaite étanchéité, mais également pour résister à la rouille. 

Il peut arriver courant que l’appareil soit installé dans une eau trouble, polluée ou corrosive. Dans ces cas-là, il est important que toute la structure soit inusable afin de permettre à la pompe immergée de rester opérationnelle.

La pompe immergée sert essentiellement à tirer l’eau d’un forage ou d’un puits vers la surface pour un usage précis. C’est le cas par exemple pour l’arrosage d’un jardin ou d’un potager, l’irrigation d’un champ ou encore l’alimentation d’une maison

La particularité de la pompe immergée, c’est qu’elle est réservée au pompage de l’eau à des profondeurs allant au-delà des 8 mètres. À une profondeur inférieure à 8 mètres, on utilise plutôt la pompe de surface. Autrement dit, la pompe immergée est recommandée pour les forages ou les puits profonds

Composition 

Toute la singularité de la pompe immergée tient à sa forme et sa constitution. De forme tubulaire, le dispositif comprend essentiellement 2 éléments à savoir : 

  • le moteur, considéré comme le cœur, qui est chargé de fournir la puissance nécessaire pour faire monter l’eau à la surface ; 
  • la partie hydraulique (ou le réservoir vessie) qui se charge de réceptionner l’eau pompée par le moteur afin de la transmettre à son tour au dispositif externe prévu pour accueillir l’eau. Aussi appelé surpresseur, c’est elle qui régule la pression et le débit de l’eau.

C’est l’accord entre ces deux éléments qui permet à la pompe immergée d’être fonctionnelle. C’est généralement un dispositif électrique qui a besoin d’un raccordement par câble électrique pour fonctionner. 

C’est un dispositif qui ne nécessite pas l’installation de système de refroidissement. Complètement autonome, la pompe immergée se refroidit toute seule grâce au passage de l’eau à travers la chemise du moteur. De plus, elle a ceci de particulier qu’elle ne produit pas autant de bruit qu’une pompe de surface. En termes de degré de nuisance sonore, la pompe immergée est donc un modèle plus silencieux. 

Aussi, pour que l’eau pompée puisse être accessible, il faut qu’un raccordement avec le système d’irrigation, d’arrosage ou d’alimentation soit effectué. Précisons que la pompe immergée ne dispose pas de filtre. Par conséquent, l’eau pompée doit d’abord être filtrée et épurée avant tout usage. 

Pompe immergée : les différents modèles 

Vous savez désormais les caractéristiques auxquelles reconnaître une pompe immergée, qu’il s’agisse de son usage ou de sa constitution. Ce que vous devez savoir à présent, ce sont les différents modèles de pompes immergées qui existent. 

  1. Pompe immergée de puits

Rappelez-vous ! Une pompe immergée est celle qui sert à tirer de l’eau à 8 mètres et plus de profondeur. Voilà pourquoi elle est réservée aux puits assez profonds. Là encore, tout dépend du type de puits, étant donné qu’on recense :

  • la pompe immergée pour puits busé ;
  • la pompe immergée pour puits artésien. 

Pompe immergée pour puits busé

Le puits busé est celui dont les parois ont été protégées par des buses. Il s’agit de cylindres ordinairement en béton qui empêchent les parois, qu’elles soient argileuses ou sablonneuses, de s’effriter dans l’eau. Par contre, le fond du puits est généralement tapi de sable. 

C’est la raison pour laquelle l’installation d’une pompe immergée pour puits busé est faite dans une crépine anti-sable. En raison de sa sensibilité au sable, le dispositif peut ainsi être protégé. Ce modèle de pompe immergée présente aussi une autre particularité : l’absence de sécurité « manque d’eau ». Pour cette raison, il est indispensable de faire installer un boîtier de protection ou un flotteur pour sécuriser la pompe.

Pompe immergée pour puits artésien

Le puits artésien présente une configuration tout à fait différente. Il s’agit le plus souvent d’une exsurgence, c’est-à-dire une ouverture via laquelle s’écoulent de l’eau souterraine provenant des infiltrations de cours d’eau souterraine ou des eaux de pluie. 

Selon le cas, l’exsurgence peut donc être marine, lacustre ou fluviale. L’eau est alors retenue par une couche de terre qui, une fois qu’elle a été forée, laisse jaillir la source. La source jaillissante, c’est donc ce qui caractérise un puits artésien. 

En raison de cette configuration, un puits artésien peut faire jusqu’à plusieurs dizaines de mètres de profondeur. L’accès à l’eau nécessite donc l’utilisation d’une pompe immergée, laquelle se distingue par son diamètre assez réduit. C’est ce qui lui permet d’être installable étant donné que le diamètre d’un puits artésien est d’ordinaire très réduit également.  À cause de cette forme, elle n’est pas compatible à l’installation d’un flotteur. 

Conçue expressément pour les grandes profondeurs, la pompe immergée pour puits artésien est capable de faire remonter de l’eau sur 40 mètres de hauteur en moyenne. Contrairement au modèle pour puits busé, ce dispositif est équipé d’une protection thermique qui la protège en cas de manque d’eau. 

  1. Pompe immergée de forage 

Un forage est un dispositif vertical de captage dont le but est de permettre l’exploitation de l’eau retenue par une nappe phréatique à plusieurs dizaines de mètres dans le sous-sol. À partir du moment où il faut creuser au-delà de 30 ou 40 mètres de profondeur pour atteindre la nappe aquifère, le forage s’impose. C’est substantiellement ce qui le distingue d’un puits généralement creusé à la main par des puisatiers et dont la profondeur maximale avoisine les 30 à 40 mètres. 

Le captage de l’eau se fait nécessairement avec un équipement dédié et l’installation d’une pompe immergée est souvent nécessaire. Équipée de plusieurs tuyaux reliés entre eux constituant le tubage, cette pompe embarque plusieurs autres éléments au rôle bien précis, notamment :

  • une crépine qui, reliée au tubage, fonctionne comme un filtre à eau ;
  • un coffret manque d’eau qui protège le moteur en cas de manque d’eau dans la nappe.

En résumé, retenez que la pompe immergée est réservée à un usage très précis : le captage de l’eau dans les sources profondes, à partir de 8 mètres. Elle doit être choisie en fonction de la source, selon qu’il s’agit d’un puits (busé ou artésien) ou d’un forage. Outre la source, les autres critères qui doivent guider le choix de votre pompe immergée sont d’une part la puissance du moteur (plus la source est profonde, plus le moteur doit être puissant) et d’autre part, la capacité du réservoir.

Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.