La Bretagne se fixe de nouvelles priorités dans le domaine de l’agriculture

L’édition 2022 du Salon International de l’élevage (Space) a eu lieu à Rennes. Elle a débuté le 13 septembre et a pris fin le 15 septembre 2022. Avant l’ouverture de l’évènement, Loïg Chesnais-Girard, le président de la grande Bretagne a annoncé qu’un financement de 15 millions d’euros sera octroyé. Ce fond permettra de promouvoir l’agroécologie et de mettre en place un plan pour faciliter l’installation-transmission avant la fin de 2022. 

space 2022 rennes salon

Les 35 ans d’existence de Space 

Les célébrations du 35e anniversaire de la Space se sont déroulées dans un contexte assez particulier. En effet, l’été passé a été marqué par de fortes chaleurs. À cela s’ajoute la rareté des pluies au cours de l’année. Tout ceci a eu des impacts sur le rendement de plusieurs produits agricoles. C’est pour cette raison que l’enjeu climatique est la principale préoccupation de cette année. La Région Bretagne souhaite réaffirmer son engagement à œuvrer pour l’amélioration de l’agriculture. Sa priorité est de travailler à l’expansion de l’agroécologie et l’installation-transmission. Cela permettra de revenir aux modèles d’exploitation familiale en se basant sur la polyculture-élevage. 

Pour concrétiser ses ambitions, deux mesures ont été prises. Premièrement, les agriculteurs impliqués dans l’agroécologie auront un financement de 15 millions d’euros. Cela sera donné à travers l’accompagnement, les crédits régionaux et européens, etc.  Deuxièmement, un plan d’action sera voté au cours de cette année. Il aura pour objectif d’atteindre les 1000 installations aidées d’ici l’année 2028. Ainsi, on conservera le tissu breton, et le départ en retraite des agriculteurs n’aura plus assez d’impact. 

Aides à l’agrobiologie et à l’installation-transmission

Les actions de la Région Bretagne pour soutenir les activités agricoles ne datent pas d’aujourd’hui. Elle a investi 300 millions d’euros en 2015 pour aider la MAEC (mesures agro-environnementales et climatiques). L’objectif était de faire face aux enjeux de souveraineté alimentaire et de permettre le « bien manger pour tous ». Cet investissement permet de mener plusieurs actions. D’abord, 5 millions sont utilisés pour aider les agriculteurs qui souhaitent se reconvertir dans le bio. 

7 millions d’euros ont été pris pour soutenir les agriculteurs bio qui ont souscrit au MAEC. Ils percevront 50 euros par hectare. Enfin, 3 millions d’euros sont utilisés pour rendre modernes les exploitations. Cela passe par l’achat d’équipements performants et économiques. En ce qui concerne le plan qui vise à soutenir l’installation-transmission, il sera soumis à un vote par les élus régionaux.

Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.