Ingénieur agronome : formations, métiers et salaires du secteur ?

Scientifique ayant pour mission d’améliorer les méthodes de production en agriculture, l’ingénieur agronome cherche, trouve et crée des conditions de rentabilité des productions végétales et animales. Cet expert chargé d’élaborer les stratégies du futur, est un passionné des questions écologiques et environnementales. Comment devient-on ingénieur agronome ?

Que revêt le titre d’ingénieur agronome ? 

Un ‘’agro’’, c’est quelqu’un de dynamique et de polyvalent. Son quotidien va du laboratoire au terrain, des observations aux réflexions, ainsi que de l’expérimentation aux recommandations. Tout ceci lui impose de la mobilité et du dynamisme. Il a un grand sens du contact et s’intéresse aux domaines économique et social.

Un agronome a appris à être organisé et à avoir une démarche scientifique, donc rationnelle, en tout ce qu’il entreprend dans le cadre de l’exercice de ses fonctions. Son savoir est technique, très approfondi et il sait adapter ses connaissances à d’autres domaines.

Un ingénieur agronome étant appelé à diriger des équipes et à piloter des projets d’envergure, il doit avoir comme qualités, une disposition à communiquer efficacement avec ses collaborateurs, ainsi qu’une grande ouverture d’esprit.

Quelles formations pour exercer en tant qu’ingénieur agronome ?

Après un BAC, il est recommandé de faire une classe préparatoire (BCPST) en biologie. Cela aide à s’apprêter efficacement pour un concours, en vue d’accéder à une des écoles habilitées à délivrer le diplôme d’agronome. Une école requiert 5 années d’étude. Les plus plébiscitées d’entre ces écoles sont : 

École Nationale Supérieure Agronomique ENSA

  • L’Agrocampus Ouest (Rennes) ;
  • L’AgroParisTech (région parisienne) ;
  • L’École Nationale Supérieure Agronomique (Toulouse)
  • SupAgro (Montpellier)
  • ENSAIA (Nancy)

École Nationale d’Ingénieurs des Travaux Agricoles ENITA

  • ENITAB (Bordeaux)
  • Agrosup (Dijon)
  • ENITIAA (Nantes)
  • ENITAC (Clermont-Ferrand)

On peut ajouter les écoles aux cursus spécialisés, telles que : ESITPA (Mont-Saint-Aignan) et ISTOM (Cergy Pontoise). Les 2 dernières années de la formation sont en général consacrées à la spécialisation. Les différentes branches sont :

  • aménagement du territoire ;
  • innovation ;
  • agroécologie ;
  • biotechnologies.

Il est aussi possible de faire un master ‘’technologie du vivant’’ dans les universités qui le proposent. Il faut aussi noter qu’il existe en agronomie, 242 formations en France.

Le métier d’ingénieur agronome : en quoi consiste-t-il ?

L’étymologie du mot ‘’agronomie’’ renvoie à la signification : « Science de terre cultivable ». Le domaine d’intervention de l’agronome est celui de la relation entre culture de plantes, sols et climat, ainsi que les techniques culturales découlant de ces derniers. Le terme ‘’ingénieur agronome’’ désigne plus qu’il n’y paraît, des pratiques à facettes multiples.

Un agronome pourrait décider de se consacrer à la création d’un produit agraire (machine) ou d’un certificat en matière de sélection de graines par exemple.

Où travaille un ingénieur agronome ?

Environ 65 000 agronomes exercent dans l’hexagone leurs expertises au service de l’agriculture, de l’aménagement territorial, de la sylviculture, de la pêche, etc. On les trouve aux côtés d’agriculteurs, ou dans des sociétés d’agroalimentaires (Lactalis, Bommaux, Danone, grainnetiers, Nestlé, etc.) pour conseiller et aider à atteindre une productivité rentable.

Les ingénieurs agronomes ont aussi leur place au sein d’entités scientifiques en qualité de chercheurs. L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), les embauchent. L’administration leur fait aussi une place de choix en son sein. 

Quel est le rôle d’un ingénieur agronome ?

Les missions de l’ingénieur agronome sont nombreuses. Élaborer des stratégies pour améliorer les pratiques du monde agricole, fait partie de ses principales tâches. Il est donc constamment dans la recherche de réponses innovantes aux difficultés des agriculteurs, éleveurs et viticulteurs.

Les domaines d’intervention de l’ingénieur agronome étant nombreux, il fait montre de polyvalence tous les jours, dans l’exercice de ses fonctions. Au quotidien, l’agronome :

  • réalise des prélèvements ;
  • procède à des analyses ;
  • fait des observations de terrains ;
  • propose des solutions et des stratégies d’exploitations qu’il supervise lui-même, en fonction des conclusions de ses observations et analyses.

Cet expert consigne souvent sous forme de rapports, ses observations, déductions et propositions.

Les métiers de l’agronomie

L’agronomie offre beaucoup de débouchés :

  • Agriculture
  • Chargé de cave. Cet expert appelé caviste, maîtrise le domaine du vin et peut donner des conseils avisés en la matière
  • Manipuler des machines (machines agricoles)
  • Élevage
  • Horticulture
  • Ingénierie : ici, les métiers sont très diversifiés
  • Management
  • Maraîchage
  • Analyste biomédicale
  • Traiteur de déchets
  • Assistance et vente en matériel agricole

À quoi ressemble la rémunération d’un ingénieur agronome ?

L’ingénieur agronome, encore appelé doctorant en agronomie ou chercheur agronome, a un salaire de base de 2 500 € bruts par mois. Ce sont 30 000 € qu’il peut donc espérer encaisser de façon brute tous les ans en début de carrière. Dans la moyenne, c’est un revenu qui s’élève à 50 000 € annuels bruts. Cette rémunération peut évoluer jusqu’à 6 600 € par mois soit 80 000 € bruts par an (en finissant sa carrière).

Les études du CIDJ et les estimations de l’Onisep montrent qu’à l’embauche, un Bac +5 ou un Bac +6, propulse rapidement le salaire de base brut d’un agronome à 3 000 voire 5 000 € par mois. Quelques années d’exercice suffisent à voir grimper ce salaire à 40 000 ou 50 000 € par an en fonction, bien entendu, du métier.

Si l’agronome est commercial, en plus de sa rémunération fixe, il touchera des commissions. Le salaire évolue beaucoup en fonction du secteur, vu que l’agronome peut choisir de servir une industrie alimentaire ou de se mettre au service d’une collectivité territoriale. Bien entendu, le privé offrira un revenu plus alléchant qu’une offre en fonction publique.

Par ailleurs, une grosse société agro-alimentaire offrirait un ‘’treizième mois’’ et des primes (par objectif) lorsque l’ingénieur est chef de projet. Il y a très peu de recrutement à l’APEC ; cependant, les salaires sont de l’ordre de 70 000 à 90 000 € par an, les postes étant en province ou en ligne.

Être doctorant en agronomie exige que l’on ait un esprit d’entreprise et que l’on soit curieux. Si devenir agronome impose d’accéder à la formation par un concours pour ensuite mener de longues études, il n’en demeure pas moins que le titre est gratifiant, au vu des salaires qu’il offre.

Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.