Les impacts de la sécheresse sur l’agriculture

Les successions de vagues de chaleur qu’a connues la France ainsi que les temps de sécheresse ont eu assez de conséquences. Cela s’est fait davantage ressentir dans le secteur agricole. Dans les champs, les plantes peinent à se développer et les rendements risquent d’être médiocres notamment pour la culture du maïs.   

Les aléas climatiques et les rendements agricoles

La sécheresse a entraîné des restrictions en matière d’accès à l’eau. Ce manque a eu lieu au cours de la phase de pollinisation du maïs. Cette étape étant très cruciale pour le développement des plantes, elles ont du mal à se former. Maïsadour est un groupe coopératif qui a à son actif près de 70 000 hectares de terres réservées à la culture du maïs en France. 

Selon les explications de Xavier de Castelbajac, responsable chargé de la commercialisation des céréales, il faut respecter certaines règles pour avoir un bon rendement. L’ensemencement s’effectue au cours du mois d’avril et de mai. Cela permet aux plantes mises en terre de grandir et d’atteindre la phase de pollinisation en juillet.

Après la fécondation, l’épi se forme et les grains apparaissent par la suite. Lorsque le processus est respecté, on peut passer aux récoltes durant le mois d’octobre. Près de 60 % des terres cultivables de Maïsadour sont irriguées. On note une grande différence entre les parties irriguées et celles qui ne le sont pas. 

Avec le réchauffement climatique, la baisse des rendements est de 20 % au niveau des parcelles irriguées et près de 50 % de l’autre côté. Au plan national, le bon rendement, qui était d’environ 75 %, est passé à 68 % en l’espace d’une semaine. Ce sont les dernières statistiques publiées par Céré’obs de FranceAgriMer

Diminution des débits d’eau 

Le consensus scientifique pense que la principale cause de la sécheresse est le réchauffement. C’est aussi cela qui a fait baisser dans plusieurs régions le débit des cours d’eau. En France, la première activité qui consomme plus d’eau est l’agriculture. Elle consomme près de 45 % des 5,3 milliards de mètres cubes d’eau consommés annuellement. 

La vraie problématique, c’est que « la ressource en eau est peu disponible » au cours des périodes où on en a vraiment besoin. C’est la remarque du directeur de l’INRAE, Éric Sauquet. Cet état de choses a des répercussions sur le secteur de l’élevage, car certains animaux s’en nourrissent. Les exploitants agricoles plaident pour un meilleur stockage de l’eau. D’autres chercheurs préconisent qu’on revoie les systèmes de culture, qu’on change au besoin de culture et que les agriculteurs passent à la polyculture.

Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

1 réflexion au sujet de « Les impacts de la sécheresse sur l’agriculture »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.