La courtilière : un insecte ravageur pour son potager

Insecte aux multiples noms, la courtilière est une véritable bête noire pour tout potager. Elle se délecte principalement des jeunes plants et cause un nombre incalculable de dégâts. Si le jardinier n’arrive pas à vite reconnaître les symptômes de ses agissements afin de le stopper, il est capable de ravager toute la culture, annulant des mois d’efforts consentis. Découvrons ensemble tout sur ce gros insecte, premier ennemi du jardinier.

Description de la courtilière

La courtilière est un gros insecte qui peut mesurer en moyenne entre 4 et 5 cm de long. À l’âge adulte, elle peut atteindre 10 cm au maximum. C’est une sorte de grillon roux. Ce qui lui permet de saccager la plantation, c’est ses pièces buccales broyeuses très puissantes et ses longues antennes noires connues pour leur finesse. Le corps est velu, robuste et massif. Sa tête est épaisse et ses ailes sont larges. Elle creuse efficacement grâce à ses deux longues pattes. 

La courtilière est connue sous plusieurs noms. On l’appelle également taupe-grillon, laboureuse, taupette, avant-taupe, dame de la nuit. La courtilière est un insecte qui opère quand tout est calme dans le potager, une discrétion qui rend encore plus difficile au jardinier la lourde tâche de sa détection.

La courtilière soulève les semis, saccage les bulbes et les tubercules, ronge et dévore les racines. Elle se plaît dans les terres riches, sablonneuses et humides. Bien que les professionnels du jardinage s’attèlent à trouver des moyens de lutte (culture sous abris, généralisation de l’usage des pesticides, outils rotatifs pour le travail du sol, désinfection), elle est tenace et continue de décevoir les moins aguerris. C’est en clair, l’ennemi juré des maraîchers et des jardiniers.

La nourriture de la courtilière : mode d’action et dégât

La courtilière se nourrit principalement des racines de vos plantations. Cependant, elle est loin de se limiter à cela. En parfait omnivore, elle aime consommer les vers blancs, les fourmis, ainsi que toutes sortes de larves.

La dame de nuit aime creuser des galeries dans le sol. Ainsi, elle n’hésite pas à sectionner les jeunes racines qui entravent son chemin. Peu de choses résistent à ses broyeuses.

Les nouveaux plants souffrent le plus. Pire encore, le ravage peut leur être fatal.

Quant aux plants matures, ils sont plus résistants, ayant des racines très bien implantées dans le sol. Le cas le plus déplorable est lorsque vous subissez une invasion de courtilières. Lorsque la colonie investit votre jardin ou votre potager en masse, elle peut non seulement sectionner les racines des jeunes plants, mais aussi dévorer une quantité importante de vers de terre. Or, ceux-ci participent à l’aération du sol, à sa dépollution et enfin à la formation du compost. La fertilité d’un sol dépend pour 90 % de la présence des vers de terre.

Comment reconnaître la présence des courtilières dans un jardin ?

Certains signes sont annonciateurs de la présence de courtilières dans votre jardin. Plus vite vous les identifiez, mieux vous pourrez prendre des mesures préventives en vue de leur éradication.

En effet, elle opère généralement au printemps en creusant des galeries dans le sol frais. Cela faisant, elle soulève et déplace les semis nouvellement mis en place. Cette action provoque un ralentissement du développement des cultures. Second signe, les feuilles se flétrissent et les plantes comment par dépérir.

Comment éradiquer la présence de courtilière dans ma plantation ?

À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement efficace et précis contre la courtilière. Toutefois, vous pouvez pulvériser leur galerie avec des insecticides à base de fleurs de chrysanthème.

Plusieurs actions préventives sont à préconiser. En premier, il faut saupoudrer la terre de marcs de café avant de planter. La dame de nuit a également des prédateurs naturels. Celui que vous pouvez utiliser contre lui, c’est les oiseaux. Pour cela, il suffirait d’installer dans votre plantation des mangeoires d’oiseaux. Si vous tombez sur l’entrée de leur galerie, versez-y de l’huile végétale qui aura pour don de détruire les œufs et de faire sortir la courtilière. Au printemps, il faut enterrer au ras du sol des boîtes électriques remplies d’eau sucrée et de térébenthine. Les taupettes y tomberont.

Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.