Quand et comment planter des tomates ?

Pratiquement incontournable dans l’alimentation, la tomate est une espèce de plante herbacée originaire de l’Amérique du Sud. Elle est cultivée principalement pour son fruit et peut se consommer aussi bien cuite que crue. On la retrouve dans la plupart des potagers, qu’ils soient à usage familial ou commercial. Pour avoir de belles tomates, il est important de bien réussir chaque étape de la culture, et donc de savoir quand et comment les planter. Voici quelques astuces qui vous permettront de cultiver vos tomates et de bien les entretenir.

Du semis aux plants de tomates

Pour cultiver des tomates, certains préfèrent produire leurs plants plutôt que les acheter. Cela permet de contrôler la période entre le semis et la mise en terre définitive, mais aussi d’avoir plusieurs variétés, en particulier les plus anciennes. Semer les tomates est plutôt facile. Vous devez disposer les graines sur un terreau déjà humidifié, puis les recouvrir avec une légère couche de terreau et humidifier à nouveau. Divers contenants peuvent être utilisés pour semer (plaque de culture, godet, caissette, bouteille, etc.), ce qui peut modifier les étapes jusqu’à la plantation.

Les tomates pourront ainsi être semées dès le mois de janvier, en intérieur ou dans un espace chaud tel que la serre, mais seulement les variétés précoces qui utilisent la lumière pour pallier le manque de soleil en hiver. C’est au mois de mars que les variétés qui poussent plus tardivement seront plantées, toujours au chaud. La température idéale pour le semis de graines de tomates en intérieur est comprise entre 18 et 20°C. Utilisez une cloche transparente pour conserver la chaleur et l’humidité.

Si vous voulez mettre les semences de tomates directement en pleine terre, vous devez leur éviter le risque de gelée. Il faut par conséquent procéder à la plantation à la mi-avril dans les régions du Sud, tandis qu’il faudra attendre mi-mai pour les régions plus au nord.

La levée des tomates commence généralement une semaine après le semis. Les conditions d’humidité et de chaleur sont des facteurs essentiels. Les graines prennent plus de temps à germer quand il fait trop froid ou si les arrosages sont trop espacés.

Avant que la plantule ne sorte de terre (phase germinative), le terreau doit rester humide sans être détrempé au risque d’asphyxier ou de faire pourrir la graine. Pendant cette période, vous pouvez utiliser un vaporisateur pour l’arrosage. Quand la plantule est sortie de terre, le terreau doit rester humide, mais les tiges et feuillages ne doivent pas être directement arrosés pour limiter les risques de maladies.

Comment réussir le repiquage des plants de tomates ?

Avant de mettre les plants de tomates en terre, prenez le temps de bien amender le sol en compost, fumier ou déchets de cuisine pour l’enrichir, car la tomate se montre très gourmande. Lorsque vos plants atteignent 12 ou 15 cm avec un vrai feuillage, ils sont suffisamment autonomes pour être repiqués. Les pieds de tomates seront ainsi définitivement plantés entre fin avril et fin mai selon votre climat.

(voir notre article sur le lombricompostage)

Les plantes doivent être installées en plein soleil, ou à mi-ombre dans les régions plus au sud. Choisissez un emplacement aéré tout en veillant à l’espacement. Il doit y avoir un espace de 50 à 60 cm entre les pieds et de 70 à 80 cm entre les rangs. Creusez ensuite des trous assez profonds pouvant recevoir les plantes jusqu’aux premières feuilles et placez les tuteurs qui leur serviront de soutien. L’objectif est de permettre aux plantes de développer un bon système racinaire pour assurer leur encrage au sol et des capacités d’absorption accrues.

Les tuteurs doivent être placés avant la plantation pour éviter d’abimer les racines. Ce sont des supports (en bois, en bambou, en métal, etc.) qui permettent de soutenir les branches trop frêles et qui accompagnent la croissance des plantes.

Le matin, arrosez vos plants se trouvant dans le godet (cas de semis en godet) afin de pouvoir les sortir facilement. Une fois le plant enlevé, placez-le à 3 cm du tuteur en ajoutant du terreau. Fermez ensuite le trou avec la terre en vous assurant de faire un tassement autour du pied de la tomate. Arrosez bien vos plants de tomates mis sous terre.

Si vous êtes dans une zone froide ou venteuse, vous devez mettre un obstacle à proximité du pied de la tomate. Il a pour rôle de ralentir le vent et d’emmagasiner la chaleur produite par le soleil. Pendant les semaines qui suivront, faites un arrosage régulier de vos tomates.

L’entretien des tomates, un point essentiel

Maintenant que vos tomates sont en terre, vous devez bien les entretenir pour assurer une bonne récolte.

L’arrosage

La tomate demande beaucoup d’eau pour bien se développer. Pensez donc à arroser les pieds chaque jour, sauf quand il y a de la pluie. Vous devez éviter de mouiller le feuillage parce que la présence d’humidité entraine l’apparition de champignons et le pourrissement des fruits. C’est aussi pour cela qu’on recommande un arrosage matinal.

La taille

Les plants de tomates-cerises, tomates-groseille et autres plants à croissance déterminée ne doivent pas forcément être taillés. Pour ce qui est de ceux à croissance indéterminée, il s’agit de pincer les « gourmands », les pousses qui se développent au niveau de la jonction des feuilles et de la tige. Leur suppression favorise la production et le développement des fruits, car les gourmands tirent beaucoup de sève de la plante. Les feuilles qui touchent le sol doivent aussi être enlevées pour éviter le développement de maladies. À la fin de la saison, la tête du plant est taillée pour éviter que de nouvelles fleurs ne se forment, car elles n’auront pas le temps de donner des fruits.

Les engrais

La tomate est une plante très gourmande en nutriments. Il est donc nécessaire de compléter ses apports en ajoutant du compost ou de l’engrais pour tomate autour du plant une à deux fois par mois. On parle souvent d’engrais NPK, car l’azote (symbole N) permet le développement des tiges et feuilles de la tomate, le phosphore (P) celui des racines et des feuilles, et le potassium (K) renforce les défenses immunitaires et favorise la production de tomates de bonne qualité.

Le tuteurage

Il faut attacher le plant de tomate au tuteur correspondant avec de la ficelle ou du raphia chaque 30 cm pendant sa croissance. Laissez un peu de mou autour de la tige pour éviter d’entraver le grossissement des tiges ou de blesser le plant. Vous avez le choix entre plusieurs techniques de tuteurage : tipi, portique, ficelle suspendue, etc. Choisissez la méthode qui vous convient le mieux après quelques recherches.

Tout au long de la culture, vous devez veiller à désherber le potager. La tomate est également exposée à plusieurs menaces comme le mildiou, la maladie la plus redoutée par les jardiniers et causée par l’humidité. Si vous remarquez l’apparition de champignons, de taches noires ou de duvet blanc sur les feuilles, il faut enlever et détruire les parties toucher, et stériliser le sécateur à chaque coupe.

Quand toutes ces étapes sont bien respectées, vous aurez de jolies tomates que vous pouvez récolter une fois qu’elles sont bien colorées. Retirez-les doucement, sans tirer pour ne pas casser le plant. En fin de saison, vous pouvez enlever toutes les tomates, même les vertes que vous allez faire murir sur le rebord d’une fenêtre.

Aidez nous à faire connaître notre site avec le partage de cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.